AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le triangle des bermudes. (alec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Date d'inscription : 27/02/2017
Messages : 74

SHOOTING STARS
STATUT ♡: célibataire, palpitant écorché par la trahison et l'amertume.
YOUR BONDS:
SCHIZOPHRENIA:

MessageSujet: le triangle des bermudes. (alec)   Jeu 9 Mar - 19:30

palpitant échappé vers d’autres firmaments, carmilla boutonne lentement son chemisier non sans s’attarder sur quelques zébrures plus claires qui parsèment sa peau laiteuse. ces cicatrices ne cessent de lui rappeler son statut : morte. leucémie l’ayant achevé, leucémie l’ayant blessé, quelques opérations inutiles qui ont laissé des stigmates dans son épiderme, mutilant sa chair. et la mort a ce don incroyable de la fasciner : comment peut-elle seulement sentir son palpitant malmener sa cage thoracique alors qu’il a cessé de battre huit ans auparavant ?
mais aujourd’hui, toutes ces préoccupations ne sont plus importantes. aujourd’hui, une lettre d’une blancheur immaculée qui semble s’être échappé d’un paradis désiré s’est glissée dans la boîte aux lettres. une personne va bientôt arriver. alors carmilla, elle ne peut s’empêcher de souffrir le martyr par avance : si une joie certaine l’habite à l’idée de compter une de ses connaissances parmi les nouveaux arrivants, elle sait ne pouvoir retrouver cette personne que grâce à la faucheuse qui s’en est emparée. pour autant, un autre sentiment plus insidieux fait vibrer son myocarde. quelle personne cela pourrait-il être ? atom ? et comment réagirait-elle ? atom qui l’a abandonnée dans les bras glaciales d’une mort qu’elle aurait souhaité éviter, atom qui a survécu pendant de longues années. atom, amour d’adolescence, amour de toute une vie qui s’est étiolé.
mais ce n’est sans doute pas lui. ça ne peut pas être lui. carmilla le refuse, parce que même après huit années, elle n’est toujours pas prête à l’affronter. y’a toujours la même rage qui agace son cœur, toujours la même colère sourde qui gronde à l’intérieur. carmilla la furie qui aimerait arracher l’épiderme diaphane de son torse à coups de griffes acérées pour mieux se venger.
la jolie brune quitte alors son appartement, clés dansant dans ses mains gantées. le bout du menton niché sous une lourde écharpe lainée, elle avance dans les rues jusqu’à l’aéroport, le palpitant oscillant entre agonie et fureur insoutenable. elle avance d’un pas déterminé, avance d’un pas effrayé. milles et une questions trottinent dans sa caboche, cachée derrière des prunelles d’un brun dégoulinant de mauvais sentiments. elle arrive dans l’endroit clairsemé de fenêtres vitrées, les mirettes fouillant les nouveaux arrivants. et d’un coup, y’a le soulagement qui fait soupirer son palpitant. soulagement, joie, tristesse. alec. carmilla revoit toute son adolescence défiler devant ses grands yeux aux éclats mordorés. l’approche timide de la gamine d’une dizaine d’années à peine dépassée vers l’adolescent plus âgé, un « tu veux de l’aide pour te retrouver ? » murmuré avec détermination, la voix légèrement chevrotante. l’acceptation du garçon, les sourires échangés, les moments partagés. quelques années passées à se découvrir, à se dompter, pour finalement s’oublier. ça ne l’empêche en rien de le reconnaître, malgré toutes les différences qui s’amoncèlent sur son être : duvet léger ayant poussé sur ses joues laiteuses, nez plus marqué, beauté certaine qui s’en est emparé. carmilla, elle redevient cette petite fille gênée, retrouve les vagues sentiments qu’elle avait commencé à éprouver pour cet adolescent qui était parvenu à la fasciner. alors elle s’approche, ses talons cliquetants sur le sol marbré, un élan de timidité nouvelle qui vient la posséder. « alec ? » elle demande, pourtant sûre de ne pas se tromper. et elle ajoute, comme certaine qu’il ne pourrait pas la reconnaître même s’il le voulait : « carmilla dawson, tu te souviens ? je t’ai montré adélaïde… c’était il y a quelques années maintenant. » elle lâche, prunelles soudainement voilées par la tristesse fugace qui passe par elles. huit années déjà qu’elle est décédée, piégée dans sa vingt-sixième année alors qu’alec, lui, a continué de grandir et de vieillir. mais aujourd’hui, c’est un allié qu’elle vient de retrouver. « je suis désolée. » elle ajoute, un peu déboussolée. dans ses palabres, y’a d’autres aveux sous-jacents. « désolée que tu sois décédé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

le triangle des bermudes. (alec)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Triangle des Bermudes - Temple de l'eau
» Le triangle des bermudes
» LE TRIANGLE DES BERMUDES
» [Théorie] Latios, Latias et le Triangle des Bermudes.
» Île Sud du Triangle des Bermudes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ IF I STAY :: ( YOUR NEW TOWN ) :: west aidelaide :: adelaide airport-