AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (f/libre) au choix - pris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Date d'inscription : 09/03/2017
Messages : 9

MessageSujet: (f/libre) au choix - pris   Sam 11 Mar - 20:28


   ( la puterelle d'en face )
   How can I begin anything new with all of yesterday in me?


   
( prénom, nom ): au choix, quelque chose de banal ( âge ): entre vingt deux et trente ans ( lieu de naissance ): complètement au choix. ( origines et nationalités ): ethnie au choix. ( lien avec adelaïde ): si vous êtes né, si vous avez vécu, si vous êtes mort ici ( même rengaine)( statut matrimonial ): mariée, fiancée, célibataire ou refractaire, up to you. ( emploi ou études ): quelque chose qui serait à l'opposé du strict ou rangé.( orientation sexuelle ): franchement, les étiquettes. ( groupe ): au choix.

   ( le caractère changeant de l’alouette ): je pense que le mieux c'est de laisser une grande part à l'imagination.
   

   
( Damjan Dietz ):

- Bonsoir, vous.
Il doit être quatre heures du matin; à travers la baie vitrée de son appartement situé au dernier étage d’un immeuble au standing irréprochable, il distingue à peine les autres habitations environnantes. Peu de fenêtres sont éclairées, à cette heure avancée de la nuit. Il le sait parce que ses heures d'insomnie le couvent chaleureusement.
Suspicieux, il observe la nouvelle venue à travers le voile de ses paupières ; depuis qu’il est à Adélaïde, déjà vingt ans, il se fiche éperdument d’ouvrir sa porte à des pèlerins sur lesquels il n’a jamais posé le regard.
- Vous ne devez surement pas savoir qui j’suis, hein ?
Non, d’ailleurs, Damj ne s’embête même pas à affirmer quoi que ce soit ; il s’apprête à refermer lorsqu’un pied vient bloquer sa porte, l’obligeant à accorder plus qu’une œillade vague à celle qui vient de sonner chez lui.
D’abord, il pense que c’est vachement inconvenant, qu’elle est foutrement culottée de débarquer comme ça, en lui servant une réplique faiblarde de ce genre ; quitte à pointer , elle aurait quand même pu y mettre les formes.
- Je vis là-bas…
Pendant qu’elle lance ces quatre mots, elle s’invite ; elle le bouscule , royale, elle retire son perfecto élimé qu’elle jette sur le premier canapé d’angle croisé, d’une démarche feutrée elle avale les mètres pour aller coller son nez contre la vitre. Évidemment, elle aurait pu retirer ses godasses pleines de crasse  avant de fouler sa moquette de luxe tissée par une main d’œuvre bengali parfaitement consciencieuse – et sous payée.
- C’est ça, faites comme chez vous surtout – crache-t-il, hébété.
- Suivez mon doigt.
(suivre son doigt ?)
- L’immeuble que j’pointe du con, la petite lumière, au dernier étage ; là, je suis la nana qui vous fait signe tous les soirs et que vous ignorez superbement.
Une nana lui fait des signes depuis le dernier étage d’un immeuble situé à plusieurs centaines de mètres du sien, et elle croit que la vision humaine est précise à quel point, genre ? Si en plus il y associe  sa myopie notable et sa tendance à n’en avoir rien à foutre de ce qui l’entoure. Elle constitue facilement le cadet de ses soucis.
- Excusez-moi d’avoir mieux à faire que de saluer en retour une péquenaude qui s’excite sur son balcon à trois putains d’immeubles du mien.
- Mais, maintenant, au moins, vous ne serez plus capable de m’ignorer.
Des secondes qui suspendent leur envol, pour lui offrir l'occasion de ricaner; ça lui fait du bien mais, ça écorche de reconnaître.
- Et, ça va changer ma vie ? - vie, l'emploi de ce mot le dérange, il grimace. Suivez-mon doigt.
Il désigne la porte par laquelle elle est entrée.
- Je n'en ai pas fini avec vous, monsieur l'mal sucé. La prochaine fois, vous me ferez coucou en retour.
(c'est ça, ouais).

La prochaine fois, le lendemain donc, il  offrira une vue imprenable sur son majeur à cette connasse qui pense lui apprendre la politesse.
Si même dans sa mort, on vient lui casser les couilles.

Lien: Et elle commence, depuis ce soir là, à s'inviter dans son quotidien, elle invoque le hasard (comme s'il existait, celui là). Elle se fait une place et elle devient un peu in-contournable, tout ce qu'il espère Damj, c'est qu'elle ne devienne pas in-dispensable. Le fait est qu'elle est là, qu'ils sont un peu morts tous les deux et qu'ils vont devoir s'habituer à cette réalité que l'une semble accepter bien plus que l'autre.
   
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(f/libre) au choix - pris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (F/LIBRE) AU CHOIX LES BB.
» (f/libre) AU CHOIX.
» (m/LIBRE) AU CHOIX
» (F/Libre) Au choix
» (M/LIBRE) AU CHOIX › J'irais cracher sur ta tombe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ IF I STAY :: ( YOUR STORY ) :: free spirits-